Claire Laffut (B)

Scène Proximus - 17:45

Il y a chez Claire Laffut une part de mystère qui prend naissance dans ses yeux de chat, ses rêves brisés de danseuse classique, ses racines belges. Elle a grandi ensauvagée à la campagne, à Moustier-Sur-Sambre. Puis gentiment poussée dans le dos, elle a découvert le piano, le solfège, le dessin, le théâtre.
Elle est passée par la case Bruxelles et des études de graphisme non terminées – « j’étais un cancre ».
Puis elle a fui à Paris, elle avait à peine 19 ans, c’était sa façon de se mettre en danger, de convoquer la liberté. Elle y fut comme une enfant dans la jungle, émerveillée.

C’est l’art, l’histoire, la poésie, sa propre recherche personnelle, qui lui donnent l’envie de créer : Claire touche à tout ! Mode, peinture, mannequinat, cinema, design, réalisatio et bien sûr… musique !

Forte de son premier EP « Mojo » et des singles composés dans la foulée, Claire est montée sur scène, s’est frottée au public des festivals, avec joie et succès, et a nourri la complicité enchantée qui la lie à la photographe Charlotte Abramow. A peine adolescentes, elles s’étaient rencontrées quand elles vivaient toutes les deux près de Bruxelles, la première avait posé devant l’objectif de la deuxième, qui ne s’était pas fait prier pour la maquiller allègrement et la shooter à sa façon, si singulière. Ce n’est donc pas un hasard si les images de « Bleu », son très réussi premier album,  porte la signature de Charlotte – « elle m’a construite », reconnaît Claire.

Accompagnée par Yseult (Nudes), épaulée tour à tour par Tristan Salvati, Gaspard Murphy et Pierre Juarez, Claire Laffut, telle une elfe sensible, est entrée dans le grand bleu, pour mieux le partager.